Rejoins le club

En 2017, le crédit à la consommation a augmenté de + 6% par rapport à l’année précédente. La concurrence devient rude entre les institutions financières, rapporte Le Parisien. Certains proposent même des taux d’intérêt inférieurs à l’inflation, en hausse de 2,1% sur un an en juin de l’année dernière.

Jusqu’à 0,95% d’intérêt

Cette baisse des tarifs a créé de l’énergie pour le marché avec des produits d’appel très attractifs. ” 1% sur douze mois est à la mode “, Explique Maël Bernier du site Meilleurtaux.com. Cetelem, Mediatis, Franfinance, etc. Ces sociétés figurent sur la liste des marques qui proposent ce taux d’intérêt avantageux pour un prêt de 10 000 euros.. La banque HSBC propose la même unité à certains de ses clients avec jusqu’à 30 000 euros de crédit.

Boursorama, à son tour, a battu tous les records. Onlinebank, filiale de la Société Générale, a lancé une offre promotionnelle à un taux de 0,95% sur 36 mois. Ces crédits à la consommation réduits bénéficient du nombre de demandes. La massification de l’offre est basée sur l’utilisation de ” plein en ligne ». Le dossier est compilé collectivement sur Internet sans papiers à remplir ni conseil à rencontrer dans une agence. La dématérialisation accélère le processus.

Un prêt auto sur deux

Ce succès ne s’explique pas uniquement par les canaux de distribution de crédit. Ces dernières années, les clients ont changé de visage avec la baisse des prix. Le crédit à la consommation intéresse désormais la classe moyenne. Surtout ceux qui ont une épargne bien placée préfèrent désormais profiter de taux d’intérêt plus bas en empruntant plutôt qu’en fouillant dans leurs chaussettes en laine, explique Maxime Ganne du Crédit Agricole d’Ile-de-France.

L’emprunteur moyen a les traits d’un homme de 39 ans. Ce consommateur bénéficie d’un crédit de 13 684 €, remboursable sur 53 mois. Dans plus de la moitié des cas (55%), il utilise cet argent pour acheter une nouvelle voiture. Dans un cas sur cinq (19%), l’emprunteur contracte un prêt personnel illimité (voyages, paiement des impôts, etc.). Les prêts au travail (14%) et les prêts personnels utilisés pour acheter une propriété particulière (12%) viennent en dernier.

Rejoins le club

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here